Archives de septembre, 2013

MARSEILLE ? ANTIFA !

Publié: 23 septembre 2013 dans STREET ART
Tags:

IMG0130A IMG0131A IMG0133A IMG0134A IMG0135A IMG0136A IMG0137A IMG0138A

Publicités

IMG0081A IMG0105A IMG0104A IMG0103A IMG0102A IMG0101A IMG0100A IMG0099A IMG0098A IMG0097A IMG0096A IMG0095A IMG0094A IMG0093A IMG0092A IMG0091A IMG0090A IMG0089A IMG0088A IMG0087A IMG0086A IMG0085A IMG0084A IMG0083A IMG0082Aça vaut le détour !

001peste-noire-

T’as une recherches à faire sur la peste noire pour illustrer le chapitre histoire « les européens dans le peuplement de la terre » ? . Quel rapport avec la peste ? Ben c’est une épidémie européenne, ça prouve peut-être que des hommes vivent en Europe, se déplacent etc…. La peste c’est un peu la preuve que l’Europe est peuplée on a du retrouver des cadavres et des chroniques. Voilà quelques infos pour t’aider…

002peste-noire-

003peste-noire-

004peste-noire-

005peste-noire-

006peste-noire-

007peste-noire-

Je fait trop bien les résumés ? Vous me prenez par les sentiments….Dites plutôt que vous avez la flemme de lire aussi : la mer. Pourtant c’est un tord ! En effet, nous atteignons des sommets de vilenies…ordinaires, dans cette nouvelle.

Répondez à cette question : préféreriez-vous sauver votre filet de pêche il faut imaginez que vous êtes un pêcheut, sur un bateau , en mer ou le bras de votre frère, votre chair, votre sang  ?

C’est fini. Voilà l’histoire. Rendez votre copie. C’est trop court ? Vous voulez connaître la réponse de Maupassant, pardon de Javel le nom du personnage qui a ce choix à faire. Mais vous devriez avoir compris, vous avez lu la préface de Jacques Chessex, non ? NON ! La tehon sur vous . Je vous cite deux  phrases et vous devez deviner, prêt ? partez  :  » Lire Maupassant, et même dans les récits apparemment joueurs, rieurs, facétieux, c’est goûter au brouet noir du cynisme, de la cruauté, de la désillusion et du pessimisme ». Alors ? Ben ouais, Javel y préfère son chalut son filet au bras de son frère. Mais faut le comprendre, il coûte 1500 francs le chalut , faut pas déconner !

Bon, il vous faut  la totale pour assurer à l’interro ? C’est bon, c’est bon, on y va :

william-turner-tempete-merÇa commence par un fait divers, à cause du mauvais temps un bateau c’est abîmer c’est briser sur des rochers. Le patron du bateau, plus 4 hommes, plus 1 mousse sont morts. Le Javel qué mort c’est le frère du manchot. FLASH-BACK, retour en arrière, 18 ans plus tôt. Les Javel, les DEUX frères, travaillent ensemble sur le bateau de l’aîné. Gros temps, mauvais temps, tempête. Ouragan.Puis ça se calme. On jette le filet.

point vocabulaire  : FLASH-BACK  attention vocabulaire du cinéma, ne surtout à utiliser en littérature !

Malheur !le bras de Javel cadet se coince entre la corde et le rail en métal qui permet de descendre le chalut le filet on vous dit ! Un matelot propose de couper la corde. Mais couper la corde, c’est perdre le chalut. Javel aîné hésite. C’est que ça coûte, un chalut. Mais lisons plutôt Maupassant dans le texte. »L’homme crispé par la douleur appela […]Ils [s’efforcèrent] de dégager le membre que [la corde] broyait.Ce fut en vain. »faut couper » dit un matelot.[…] Mais couper, c’est perdre le chalut […] quinze cents francs : et il appartenait à Javel aîné, qui tenait à son avoir« . Mais attendre, trouver une autre solution, cela prendra trop de temps. Une fois dégagé le bras n’est plus qu' »une bouillie de chairs dont le sang jaillissait à flots ». Bref, foutu. La gangrène, s’en mêlé, on coupe, comme ça, sur le bateau. Sur la demande du manchot on le conserve dans le sel, puis on lui construit un cercueil, on lui fait dire une messe, on l’enterre. Le manchot obtiendra un emploi sur le port.

De quoi se plaindrait-il?

baccassesune vraie bécasse, sur la photo…

 

Toujours engluez avec le mini-book de Maupassant ? Vous abusez là, il est vraiment fin, c’est un tour de chauffe que vous propose votre prof, même si c’en a pas l’air, si…si je vous (r)assure ! Ils vont devenir indéfiniment gros, pour ne pas dire obèses, les futurs livres du prog’. Zola adore s’étendre pour ne pas dire s’étirer. Itou Flaubert, Hugo ou Stendhal.

Alors ce petit Maupassant il faut le bouffer, le dévorer d’une traite. Faut pas traînasser. La lecture c’est comme le sport, il faut de l’échauffement, de l’entrainement, pour pouvoir faire des kilomètres à la fin de l’année. Et il arrive même, j’vous’jure, qu’on se mette à aimer ça ! Lire des kilomètres de lignes on devrait mettre ça aux J.O.

Donc les  sabots. Qu’est ce qu’il veux nous dire dans cette nouvelle, notre cher Maupassant ? Sûrement pas comment on les fabrique, ni comment on est porte pour être in dans la campagne normande, les sabots. Il nous donne plutôt un mode d’emploi sur la façon de  gravir l’échelle sociale même bête comme ses pieds. Je vous la fait optimiste, car l’autre façon de voir cette nouvelle c’est celle de Louis Forestier qui commente les contes dans l’édition Albin Michel, livre de poche, 1989

ISBN : 2-253-00677-7.  » L’argent […] joue comme un élément de perversion, non comme rémunération d’un travail. « Les Sabots » en sont l’exemple extrême : des parents n’hésitent pas  à quasi prostituer leur fille pour capter un héritage« 

Ça calme, n’est ce pas ? Ou ça excite, selon le tempérament du lecteur….. Bon, je vous en dit plus, car avec cette mini riquiqui interprétation du  livre, vous risqueriez d’être obligé de la lire cette satanée nouvelle.

Un curé fini son sermon, un dimanche à la messe, en Normandie surement, et en profite pour faire office de panneau des petites annonces vivant :  » Mr Césaire Omont voudrait bien trouver une jeune fille honnête comme servante ». Le couple Malandain ont une fille de 21 ans, pas dégourdi pour un brin « une gaillarde à l’air niais ». Le père  » un vieux paysan sec et ridé » imagine que  » ça s’rait p’t-être bon, c’te place chez mait’ Omont ». Sitôt pensé, sitôt exécuté, le lendemain l’Adélaïde commence chez Mait’ Omont. Obéissante, elle suit toutes les indications de son père, à savoir exécuter toutes les tâches demandées. Elle fait le repas, elle tient compagnie au maître durant le repas, elles boit le café pour lui être agréable, même si elle n’aime pas ça, elle boit de l’eau de vie parce que « si tu n’veux pas t’ mett’ à en prendre itou, tu vas foutre le camp, nom de D…. ». Et le soir, comme il se sent seul aussi dans son lit, elle lui tient encore compagnie…6 mois plus tard, elle rend visite à ses parents qui la trouvent grossit, ils la questionnent, elle répond qu’en effet elle passe ses nuits avec le mait’. Et non elle ne savait que c’était comme ça qu’on faisait les bébés. Le père va voit le mait’ Omont.  Le dimanche suivant le bon curé annonce les épousailles de mait’ Omont et d’Adelaide .

Vous voyez c’est rigolo Maupassant, quand on ne voit pas le côté sordide. Mais je suis sûre que votre prof va vouloir souligner cet aspect des choses….pov’ de vous.

Dès la rentrée on vous a collé donné un livre à lire ? DAMNED

250px-Contesdelabécasse-i

Et c’est les contes de la Becasse, un truc avec un titre pareil, doit être complètement indigeste ! Quel goût ça peut avoir une bécasse  au fait ?

Point dico : une bécasse est un volatile, un oiseau, quoi !

Il ne faut pas se fier aux apparences, Maupassant a fait exprès de donner un nom débile, anodin, à cette compil’ de nouvelles, car il voulait masquer la noirceur oui c’est nooooooiiiiiirrrrr comme ambiance, de la plupart de ces contes. En effet, y’a des morts, une vraie boucherie, y’a des humains mangés par des loups, et des chiens mangés par…des chiens, il y a plein de mort là, dedans.

Aujourd’hui, pour vous aider, un petit résumé de la nouvelle : Pierrot .

Pierrot, comme son nom ne l’indique pas, est un chien. Mais n’allons pas trop vite. C’est MME LEFEVRE qui vit à la campagne la campagne normande, Maupassant est nomand, il aime sa Normandie. Elle est veuve « c’est une de ces demi-paysannes à rubans [qui] dissimulent leurs grosses mains rouges sous des gants de soie écrue. ». Elle a une servante : Rose, dévouée, cela va de soi à c’tépoque pas le choix…Ces deux femmes cultivent un petit jardin potager « devant l’habitation ».

 

Point méthodologique :  quand y’a des guillemets dans un texte, un résumé, c’est qu’on reprend des extraits du livre sans rien changer.

Si on veut changer quelque chose, exemple ajouter un mot, ou retrancher un ou des mots, les crochets, c’est le signe typographique à maîtriser. C’est pour ça que mon [qui] est entre crochets dans la description de Mme Lefevre .

contessuite du résumé :

Une nuit, un larcin est commis dans ledit jardinounet. Un voisin leur conseille de prendre un chien : ce sera PIERROT. Car il est GRATUIT. Chez le paysan normand on ne gaspille pas, on est même carrément radin…Et très laid. Pierrot est très laid : « un étrange petit animal tout jaune, presque sans pattes, avec un corps de crocodile, une tête de renard, et une queue en trompette […] grande comme tout le reste de sa personne »

point méthodologie : le crochet suite : cet étrange harnachement :  [….] sert à exprimer au lecteur qu’on a coupé une partie du texte, long ou court.

Maupassant traite l’animal d’ « immonde », c’est dire si le gratuit auréole le laid des plus beaux atours. Passons. Pierrot ne fait pas son office d’annoncer un potentiel voleur. Mais ce n’est pas pour cette raison que son sort en est  jeté. En effet, il va voir sa vie raccourcie car à cette époque on payait un impôt de 8 francs pour la possession d’un chien. Or, pour Mme Lefèvre, il est hors de question de sortir une telle somme pour un chien. Elle décide de le jeter dans un puit, « la marnière » où l’on se débarrasse de tous les chiens dont on ne veut pas.

 

 

 

On peut donc résumer l’histoire comme cela… Mais le tord serait de croire que cette histoire nous conte la vie de Pierrot. Cette histoire nous dépeint la petitesse des humains. Préférer jeter un animal que l’on commençait à aimer plutôt que de dépenser 8 francs pas an…Et c’est pour cela que Maupassant est toujours dans les programmes scolaire….Il est bon.

vous qui venez de passer en seconde, il faut qu’en français vous assuriez un max, car dès l’année prochaine y’a encore un examen, alors que vous avez l’impression de sortir à peine du DNB.

Cet examen c’est le BAC FRANÇAIS et votre prof de français va déjà vous formater pardon vous y préparer.

Je vous propose, comme exercice échauffement  de  faire une fiche de lecture niveau lycée, avec un conte de Maupassant 

titre : LES CONTES DE LA BECASSE

titre de la nouvelle n°1 : Ce cochon de Morin

auteur : Guy de Maupassant

une fiche doit comporter en + du résumé de l’histoire, la liste complète des personnages, l’étude détaillées des personnages principaux.

Pour arriver à une telle prouesse, il faut prendre des notes en lisant le livre qui « vous est confié » tu parles, on me l’a imposé 

Au moment de prendre des notes , le livre dans une main, le crayon dans l’autre, il faut essayer de trouver le lieu/les lieux de l’action/du recit, l’époque/la durée….c’est « le cadre spacio-temporel » rien à voir avec la faille dans laquelle vous aimeriez tomber à l’heure du cours de français avec cette revêche de madame Roblochon.

Mais encore, une fiche est vraiment complète si elle vous permet en un coup d’œil et deux coup de cuillère à pot de vous rappeler la vie de l’auteur, son style, son oeuvre et  le contexte historique de la rédaction de celle-ci (l’oeuvre).

essayons nous à  cet exercice avec ce cochon de Morin c’est le titre de la nouvelle…

phase brouillon

P.15 (du livre) très important les numéros de pages où l’on trouve les infos !

lieu de l’action : La Rochelle (France)

date de l’action : 1862 ou 1863

personnages : le narrateur, Labarde, Morin

personnage principal : Morin, commerçant, proprio d’un grand magasin de mercerie à La Rochelle.

début de l’ action p.16 jusqu’à la page 18

Ce cochon de Morin, monté à Paris autant pour renouveler son stock que pour aller se chauffer les sangs en allant voir des danseuses de revues spectacles genre moulin rouge, french cancan…vous voyez le truc?, en revenant à la Rochelle en train n’a qu’un idée en tête, se faire une meuf avant de retrouver « [sa] grande gaillarde osseuse et barbue » de femme (p.19) c’est la description exacte que fait Maupassant de mme morin ! En face de lui est assise justement une fraîche poulette dont il n’attend qu’un geste pour la manger toute crue !

Vous n’êtes pas obligé de faire un topo aussi complet et complètement écrit,  prenez des notes pertinentes ça suffira, le concept des notes c’est de se faire un pense-bête, pour se remémorer l’histoire rapido.

Les fiches de lectures ainsi constituées sont à conserver et à relire régulièrement pour enrichir son commentaire de texte ou sa dissert’ qui tourneront autour des auteurs de l’année.

Un aperçu, pour la route?

Balzac

Zola

Hugo

Stendhal

Flaubert

la Bruyère

Pascal

Molière

Corneille

Racine

Marivaux …