Archives de la catégorie ‘CINEMA’

Je suis allée voir les gardiens de la galaxie vol.2. car j’aime bien le ton décalé, j’aime bien Chris Pratt.

les-gardiens-de-la-galaxie-2

J’ai bien aimé voir en private joke stan lee et david Hasselhoff.

7785093293_stan-lee-au-comic-con-de-san-diego-en-juillet-2016

J’ai bien aimé TOUTES les references aux années 80.

Stallone et Kurt Russel sont de super gest.

sylvester-stallone-officialise-casting-gardie-L-vsa7uV

Enfin Kurt Russel est plus qu’un gest pardon ! sans lui y’a pas de film !

ego_les_gardiens_de_la_galaxie_2

Je suis pas d’accord avec Benzaï qui le trouve pas ouf.

Cette rencontre avec le père (« je suis ton père » lol) est très bien venu.

L’amour, l’amitié c’est usé, mais c’est bien utilisé. GROOT est magnifique ! est primordial. Le film s’ouvre sur un combat est c’est génial de le suivre à la hauteur de bb groot.

montage_gardiens2bis

 

520233.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Bof l’affiche française…plate, classique

Bon , c’est vrai en ce moment je vais voir un peu tout ey n’importe quoi. Ce film n’est pas une chef d’oeuvre, ni un film de l’année. A michemin entre alien et gravity.

Au début la forme de vie qui pousse sous forme de plante translucide cela change un peu, mais très vite, cette vie inconnue devient verte et hideuse….comme alien.

225328.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

l’affiche américaine ( je crois), mieux… garde du mystère

Ce film a un peu de Gravity car un des spacionautes, se sens mieux dans l’espace que sur terre, et ne veut plus redescendre comme georges clooney.

IMG_rsbofh

l’affiche euh.. de …

Un peu trop larmoyant pour que l’on soit vraiment triste, trop souligné quoi!

Ryan Reynold que j’aime beaucoup n’est pas du tout exploité à sa juste valeur.

Life-ban

ryan renolds…mais non je sais que c’est JAKE GYLLENHALL

A Hollywood, dans les années 1940, Eddie Mannix dirige le studio de cinéma Capitol films. Son emploi du temps est très chargé. Il essaie d’imposer Hobie Doyle, un jeune premier, habitué aux westerns, dans un film romantique et doit gérer la vie sentimentale de DeeAnna Moran, une actrice enceinte. On lui annonce que Baird Whitlock, la star d’un péplum en cours de tournage, n’est pas réapparu sur le plateau. Mannix ne s’inquiète pas outre mesure, connaissant le passif de noceur de l’acteur. Il reçoit bientôt une demande de rançon : 100 000 dollars à cacher sur le plateau 8. Entre deux problèmes à régler, il reçoit une alléchante offre d’emploi du représentant d’une compagnie aérienne…

trouvé sur telerama.fr

 

 

Oui, le film des frères Coen, peut être résumé comme cela, tout du moins le début. Mais cela serait limiter ce film, à un film qui raconte une histoire …linéaire. c’est un film, je dirais en forme de poupée, de poupée russe. Il y a une intrigue, dans l’intrigue, …. dans l’intrigue.

On pourrait reprocher à ce film d’être un inventaire des différents « genre » de film qui se produisaient dans les studios à cette époque : les films « aquatiques », les western, les comédies musicales, les péplums. Mais je pense que cela serait injuste. A mon sens, il y a un énorme travail d’écriture, pour lier cette idée  que je pense être de départ : faire un film sur l’histoire des studios. Il y a toute une construction,  qu’on pourrait, certes, confondre avec des scénettes, où chacun aurait sa blaguounette à réciter…Mais, personnelement, je maintiens que c’est plus construit que ça.

cordialement

euh

fin.

critique Les Inrockuptibles (la pire)

Un gloubiboulga métaphysico-shaolin qui place « Doctor Strange » quelque part entre « Kung Fu Panda », les films de JCVD et un épisode des Tortues Ninja – le second degré en moins. (…) Triste spectacle cachant mal celui de l’ogre Marvel qui, après avoir gloutonné toute la marmite à histoires, racle le fond de son imaginaire pour n’en tirer que des miettes de niaiseries et des bibelots d’un autre âge.

critiquLCI (une des meilleures)

Le blockbuster porté par Benedict Cumberbatch a su puiser dans quelques monuments de la pop et de la geek culture tout en ayant son identité propre.

dr-strange-film-iron-man3-captainamerica2

Perso, évidemment que la mystique shaolin-tibétaine est archi-usée, mais bon j’ai pas envie d’en tenir rigueur à ce film  car le jeu d’acteur de Benedict Cumberbatch, le soin de la direction de la photographie, le doublage français , les dialogues sont soignés pour le plaisir du public. j’adore les petites saillies régulière du Doc Strange qui  font mouche (je dois aimer la pop culture et la geek culture).

570343

LE PITCH sur allociné

1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier.

« Le cinéaste, Jérôme Salle, confirme son amour de la belle image, du cadre et de la lumière, du choix des extérieurs, du rythme et de la spectacularisation du récit. Mais la grande réussite réside dans le mixage de ce talent avec la profondeur psychologique des personnages, pierre d’angle de tous ses films. »

in franceinfo culture box

 

odyssee_c

ATTENTION ne lisez pas la fin de l’article de france info qui déflore trop l’intrigue. Car si vous ne connaissait pas la vie de Cousteau (comme moi) ce biopic et un plus qu’un biopic, on suit les aventures du commandant comme celle d’un personnage trop plus qu’humain et on remercie Jérôme Salle de ne pas faire une hagiographie.

Dommage qu’il y ait tant à dire sur la vie de Cousteau et que parfois le film est comme un album photo dont on tourne trop vite les pages et les années. Dommage que Cousteau quitte son rôle de super papa du début pour l’aventure . On se prend à rêver qu’il prennent ses fils avec lui pour vivre toutes ses aventures sur la calypso.

Dimanche (aprem’ pour changer….) je suis allée voir le dernier TIM BURTON, poussée par les critiques dithyrambiques (!)  et notamment ceux du masque et la plume….

Et je me suis régalée, c’est un très bon film, même si la narration est classique. Tim nous emporte. On ne voit pas le temps passé, et c’est agréable de voir son univers gothique investir cette histoire.

Je suis sortie de la salle de ciné en souriant et cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivée ! Les 3/4 derniers films que j’avais eu le malheur de voir n’étant vraiment pas bon !

Que je me souvienne : les  7 mercenaires, suicide squad, infiltrator….

je ne vous dévoilerai pas l’histoire, pas le but, c’est tellement mieux de découvrir l’intrigue par soit même et tellement mieux d’être étonné durant le film et à la fin !

miss-peregrines-home-for-peculiar-children-montage-1

Et oui vous ne rêvez pas,vous allez enfin ne plus vous faire chier et lire une critique cool ou les images ne prennent pas 90% de l’article avec des vrais arguments et tout et tout. Oui c’est possible bande de fifous,même en 2016 (votez pour moi).

Et aujourd’hui on s’attaque au 7 mercenaires et pour ne pas changer,c’est encore un film inégal médiocre au même titre que suicide squad (le pire) et infiltrator ( le moins pire),en effet depuis août nous sommes maudits,on se tape des films bof bof et on en vient à regretter des films comme Pan qui malgré son scenar lisse avait le mérite d’être assez bien tout le long sans briller pour autant. Let’s go

Partie 1 : Aperçu

A / l’histoire

Bon on est ici dans un western tout ce qu’il y’a de plus classique,l’histoire est on ne peut plus classique.Un méchant entrepreneur du nom de Bartholomé Bogue compte s’emparer d’un pauvre village de miniers, Rose creek, pour 20$ la parcelle (Petit clin d’œil au film original),bien sur ,les villageois ne sont pas d’accord et un petit conflit s’ensuit. au cours de celui-ci : l’époux de l' »héroïne » (pour faire genre on est pas sexiste tavu )est tué et l’église est brûlée,sans oublier l’indien corrompu random qui crie des « DEUUUHH » aigu et qui tue une femme avec un tomahawk. Puis le méchant s’en va en mode « I’ll be back » et c’est là que commence le vrai film.

 

Bon vu que c’est relou je vais pas tout détailler mais en gros c’est denzel washington (choisi parce que samuel lee jackson avait déjà payé ses impôts),un chasseur de prime bien badass introduit par un scène badass aussi, qui recrute des mecs pour défendre rose creek contre Bart parce que la gonzesse de tout à l’heure lui a donné 96€ ttc dans un sac en cuir pourri. Le premier c’est chris pratt qui est un des personnages les mieux écrit du film (du moins au début) notamment avec la scène de la carte où on peut clairement voir star lord à l’époque far west ce qui rend très bien. Et malheureusement c’est ici que les bonnes choses arrêtent d’affluer et qu’on commence à devoir récurer les toilettes que sont ce film pour trouver un truc fun à regarder (tu la sens métaphore de niveau 14 ?).

B/ Les personnages

Là  normalement, vous allez vous dire « WTF ce film est centré sur les personnages jusque dans son titre et ils ont réussi à rater leurs persos ? » et la réponse est oui, on est confronté au même problème que suicide squad avec des persos qui n’ont de classe que l’esthétique (et encore) mais qui sont complètement moisi tant au niveau du mental que des dialogues. On se retrouve avec une avalanche de clichés et d’incohérences qui font qu’on ne comprend pas pourquoi ce joyeux petit monde se réunit. Entre : pepito le mexicain qui sort des cabron et des amigo,Billy le chinois qui envoie des couteaux parce qu’il y’a des samouraïs dans son pays,Goodnight le vétéran de la guerre de sécession qui a le syndrome de la guerre du golfe parce que voilà, jack le vieux qui récite des psaumes de la bible pour le lolz et Bison futé malicieux l’indien random (encore un) qui devient pote avec toi si tu bouffes un foie de chevreuil cru devant lui et que tu te bats contre des hommes maléfiques. On a une belle brochette ratatouille-boeuf dont les ingrédients se sont réunis pour une raison obscure,pour défendre un village de paumé contre un mauvais gary oldman dans Léon.

 

Maintenant que l’aperçu et terminé passons aux raisons précises qui font que c’est de la daube

 

Partie 2 : Les problèmes

A / le groupe

bon même si on a des persos de merde (ce qui peut arriver) il est possible que les liens qui unissent le groupe soient intéressants,et ici ce n’est pas le cas. Le but étant de sauver un village pour 3 kopecks (qui disparaissent dans le néant après 40 minutes) on ne comprend pas pourquoi les personnages deviennent si proches et pourquoi ils sont là à la base,notamment le mexicain,goodnight et billy qui étaient là pour le fric à la base. C’est d’autant plus stupide puisque le village se trouve à côté d’une mine d’or et que le gain aurait pu être monumental comparé à celui du film original. On se retrouve donc très vite face à une amitié factice faite en scenarium enrichi et en blague de merde. Il est aussi possible de rajouter que la présence d’autant de personnages nuit a leur développement, mention spéciale à l’indien qui ne sert strictement à rien et qui a eu la mauvaise idée d’être encore en vie à la fin du film.

 

B / Les incohérences

Préparez bien vos petits cerveaux  pour cette partie parce que c’est du lourd. Oui parce qu’en plus d’avoir des persos de merde et une structure pourrie,le film est aussi bourré d’incohérences incroyablement stupide. Passons vite fait sur les blessures qui disparaissent,le comportement stupide de certains persos (Shoutout to my boi jack horn R.I.P in peace bro) des bombes a puissance variable pour parler de la GATLING (oui c’est bien un western) qui s’avère plus efficace qu’une armée de 100 hommes. Mais bon après tout cette gatling étant l’incarnation de Jésus dans un bout de métal, ce n’est pas étonnant  qu’elle soit si efficace. En effet nous sommes face à une gatling omnisciente dans le sens où celle ci peut arroser tout le village de rafales malgré le fait qu’il y’est plusieurs profondeurs de maison,que celle ci soit à 2-3 km du champ de bataille et que le tireur soit borgne (MAKE YOUR DREAMS COME TRUE). Il faut aussi ajouter que Gatling jésus malgré sa pauvre mobilité apparente (mouvement horizontaux uniquement) parvient à tirer sur un clocher EN HAUTEUR avec une précision chirurgicale. Plus qu’une facilité scénaristique de level 9000 c’est en plus un gros doigt d’honneur tendu vers Mère logique qui a du lâcher au moins 46 starfoullah en voyant le film

 

C / Les clichés

C’est dur,c’est très très dur. Un western en 2016 arrive encore à avoir des clichés stupides vous ne rêvez pas. Entre le chinois qui fait des arts martiaux,le black qui affronte le méchant parce qu’il a tué sa famille,les deux indiens qui se battent parce que l’un des deux a « trahi » son peuple et le retour débile d’un des personnages en plein milieu de la bataille finale. Si vous ne faites pas une overdose je vous félicite.

 

 

Bon je sais qu’il y’a quelques points fort comme les combats bien rythmés et quelques pointes d’humour mais l’ensemble est trop mauvais et décousu pour que ce soit agréable à regarder, dernière parenthèse sur le seul personnage féminin important du film,Emma,un perso avec un potentiel énorme bien que déjà vu,qui se fait complètement bouffer par le film alors que ça aurait été une occasion (encore une) d’avoir un femme forte et indépendante dans un film.

 

En résumé n’allez pas voir ce film et acheter vous plutôt un bon tome d’akame ga kill.

 

 

Ciao bye !