Archives de la catégorie ‘CINEMA’

ZOMBILLENIUM

Publié: 22 octobre 2017 dans CINEMA, VOYAGES/SORTIES

EXTRAIT DE LA CRITIQUE DE MAURICE MIDENA DE SENS CRITIQUE « Bon. Un film d’animation, étiqueté «pour enfants», avec des vampires et des zombies, rien de bien émoustillant.

Mais quand on se rend rapidement compte que sa principale source d’inspiration est le Metropolis de Fritz Lang, on arrête de mâcher bruyamment son pop corn, et on ouvre grand les yeux.

Avec le long-métrage Zombillénium, le français Arthur de Pins réalise son rêve – somme toute très classique pour un dessinateur -, de porter à l’écran la bande dessinée éponyme, dont il a la paternité. Hector, inspecteur des normes aigri s’en va un beau matin inspecter à l’improviste Zombillénium. Ce parc est géré par un vampire a érigé la peur en prestation de service. Au même titre que les princesses à Disneyland. Ainsi se côtoient zombies, loups-garous et tout un tas de monstres dont le potentiel gaguesque est superbement exploité. Hector découvre la terrible organisation du parc d’attraction: Zombillénium est coupé en deux : les monstres stars à la surface, et ceux coincés au sous-terrain, condamnés à faire fonctionner le parc comme des esclaves au fond de la cale d’une galère.

Pour préserver ce secret, le vampire-PDG s’empresse de tuer Hector (on n’empargne pas les mômes ici). Ce dernier reste donc coincé dans le parc. Il devra alors prendre part à son plan de sauvetage, dont la piètre rentabilité économique agace son propriétaire, qui n’est autre que le diable. Surtout, aux côtés de Gretchen, jeune stagiaire-sorcière du parc, il fera tout pour retrouver sa fille Lucie, laissée orpheline dans un affreux pensionnat.

Si la structure du parc est un hommage flagrant à l’œuvre du maître du cinéma impressionniste allemand, le film n’en finit pas de développer son point de vue marxiste. Du cynisme libéral («Il faut être à l’écoute du marché, les zombies c’est has been») au capitalisme paternaliste, tout y passe. La version instrumentale des «Corons» au moment où Hector descend dans les entrailles du parc sonne le glas d’un système objectivement dépassé. La musique rappelle aussi ici que Zombillenium n’est pas qu’un film de monstres : il est aussi la chronique des errances d’un bourg rural en crise. »

zombi-film-affiche_XXL

PERSO j’ai pas vu tout ça mais j’ai adoré. aussi.

J’ai aimé la qualité graphique, la beauté des dessins. cela donne envie de lire la BD (3 tomes, je vais me régaler!)

J’ai aimé l’histoire racontée tambour battant, sans temps morts, et bien construite.

J’ai aimé le fond : sur une ancienne terre minière, une parc à thème comme proposition de  reconversion.

J’ai aimé le montage des plans : dynamique.

J’ai aimé la chanson de mat bastard. gt fan de skip de use. Il est coproducteur !

que des qualités une très grande reussite !

 

Publicités

Il est de plus en plus important que je mette sur ce blog mon avis sur les choses vues et et lues, car ma mémoire défaillante, l’est de plus en plus.

Cela ne me rassurait pas à 20 ans cela me rassure encore moins à 45 ans. Oui 45 ans . PFUFF…

Je suis allée voir BLADE RUNNER 2049, car j’avais beaucoup aimé BLADE RUNNER tot court.

J’ai apprécié le côté descriptif et explicatif de ce nouveau volet, mais justement il n’est que ça. 

J’ai eu l’impression d’être dans une cinématic de jeu vidéo, entre deux moments d’action. OUI D’ACTION !

br2049

J’aime Ryan Gosling, j’aime Harrison Ford, j’aime Ridley Scott et Denis Villeneuve.

Mais c’est un film trop long (2h47) , trop lent bien que très beau.

J’aime bien stephen king , g lu quelques livres, g vu quelques film , notamment MISERY que g adoré et DOLORES CLAIBORNE.

Je suis venue voir la tour sombre sans connaître la saga, donc je n’ai pas été déçue. Ce n’est pas le film de l’année mais c’est pas le pire . ELBA, MCCAUNAGHEY et TOM TAYLOR font  le taf.

019006.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

C’est un peu manichéen, on ne connait pas les motications de « walter » le méchant. Le pistolero joue bien du pistolet (elba). Les réferences à excalibur est risible et inutile (dans le film).

Je pense que ce film ne va pas faire long feu dans les salles… je l’ai vu dans une salle minuscule alors que c’est sa première semaine….

Quand on va voir ce film, on ne fait pas trop cas du titre dans son ensemble, on se dit que c’est pour distinguer le premier du deuxiéme et par concéquence le troisiéme du second.

arton14629

En y réfléchissant bien, ce titre, qui fait penser dans un premier temps évidemment que l’on va assister à un ultime combat pour la suprématie, grosso modo pour la dominance, cache une autre dimension qui est révélée dans le film.

Comme le virus a muté, il ne tue plus les humains : il les rend muets et quelque peu « dément » sic. C’est pas tout à fait vrai, mais il fait perdre quelques point de QI tout de même. On découvre donc que les singes deviennent « intelligent » et les humains deviennent « bêtes ». La suprématie ne sera pas seulement le résultat de la guerre, et de qui va la gagner.

maxresdefault-5

 

La suprématie est de savoir qui va pouvoir dominer. Car même en restant en vie avec ce virus les humains sont destinés à « regresser » sur l’échelle de l’évolution….

Et quand on se dit que c’est l’humain, lui-même qui est à l’ORIGINE de cette régression, c’est tout aussi poignant que certaines scénes du film. Un film réussit. Pas forcément à VOIR EN 3D.

025104.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Le Dernier Vice-Roi des Indes (Viceroy’s House) est un film britannico-indien réalisé par Gurinder Chadha, sorti en 2017.

images

On a vu ça dimanche dernier c’est à dire le 9 juillet 2017.

c’est pas le film de l’année

la » love affair « est mélodramatique

ce film tient plus de la docufiction que du cinéma.

je ne regrette toutefois pas d’y être aller, c’est une bonne façon de « voir de l’Histoire »

Hugh Bonneville est sous employé, Gillian Anderson aurait mérité un rôle plus étoffé.

ce film aurait dû être une série.

 

Je suis allée voir les gardiens de la galaxie vol.2. car j’aime bien le ton décalé, j’aime bien Chris Pratt.

les-gardiens-de-la-galaxie-2

J’ai bien aimé voir en private joke stan lee et david Hasselhoff.

7785093293_stan-lee-au-comic-con-de-san-diego-en-juillet-2016

J’ai bien aimé TOUTES les references aux années 80.

Stallone et Kurt Russel sont de super gest.

sylvester-stallone-officialise-casting-gardie-L-vsa7uV

Enfin Kurt Russel est plus qu’un gest pardon ! sans lui y’a pas de film !

ego_les_gardiens_de_la_galaxie_2

Je suis pas d’accord avec Benzaï qui le trouve pas ouf.

Cette rencontre avec le père (« je suis ton père » lol) est très bien venu.

L’amour, l’amitié c’est usé, mais c’est bien utilisé. GROOT est magnifique ! est primordial. Le film s’ouvre sur un combat est c’est génial de le suivre à la hauteur de bb groot.

montage_gardiens2bis

 

520233.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Bof l’affiche française…plate, classique

Bon , c’est vrai en ce moment je vais voir un peu tout ey n’importe quoi. Ce film n’est pas une chef d’oeuvre, ni un film de l’année. A michemin entre alien et gravity.

Au début la forme de vie qui pousse sous forme de plante translucide cela change un peu, mais très vite, cette vie inconnue devient verte et hideuse….comme alien.

225328.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

l’affiche américaine ( je crois), mieux… garde du mystère

Ce film a un peu de Gravity car un des spacionautes, se sens mieux dans l’espace que sur terre, et ne veut plus redescendre comme georges clooney.

IMG_rsbofh

l’affiche euh.. de …

Un peu trop larmoyant pour que l’on soit vraiment triste, trop souligné quoi!

Ryan Reynold que j’aime beaucoup n’est pas du tout exploité à sa juste valeur.

Life-ban

ryan renolds…mais non je sais que c’est JAKE GYLLENHALL