Articles Tagués ‘marseille’

Récemment je me suis inscrite suis Facebook. C’est complétement inutile, chronophage et pas aussi amusant que je l’espérais.

Bref, je poste tout de même quelques photos de temps en temps. Et aujourd’hui je voulais poster deux photos, et refléchissait au commentaire que j’allais mettre : mais deux lignes ne me suffisaient décidement pas, alors je vais poster ces photos sur WordPress, pour pouvoir m’étaler un peu plus en commentaire.

voici les photos en question :

IMG_20150308_092814

IMG_20150308_092845

Vous allez me dire : « quoi ! elle oui je suis une fille avait une tartine à dire sur un quai de métro?

– Mais oui, figurez-vous, je m’étale aussi bien dans les bus (sens litteral) que sur les métros (sens figuré) »

j’avais envie d’un commentaire dans le genre :

je ne sais pas laquelle choisir : la couleur ?… Dyslexique, dysorthographique, dyspraxique, Dyshamonique, mais sans fard, sans masque de pudeur.La noire et blanche? avec son beau contraste qui magnifie le réel. Son noir polar. Mais la violence est très présente dans un polar comme dans la réalité. Laquelle donc de ces deux photos representent donc mieux le réel?

c’est tout.

IMG_20150308_092814IMG_20150308_092845

LA! c’est mieux pour pouvoir les comparer !

20415566.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

En ce moment on va voir beaucoup de films (le dimanche,c’est moins cher). Donc on regarde ce qu’il y a et on prend celui qui nous inspire.

Cette semaine on est allé voir Vive la France de Michael Youn. Dans l’absolu le film est bien.

L’humour est bon enfant avec quelques subtilités,les moments émotions sont très moyens.Les acteurs jouent bien même si Isabelle Funaro n’est pas terrible,les clichés sont plus vrais qu’on ne le croie, Marseille ressemble vraiment à ça, je vous le  jure(Poubelles,manifs et supporters irritables).

Bref,si vous n’avez rien à faire de vos week-ends ou que vous êtes  vieux et si vous avez de l’argent. Allez voir ce film (dans le cas contraire : soit vous n’êtes pas français soit vous n’aimez pas rire).

Et oui ce post est super court (en plus j’ai fait des espaces inutiles)

Kicko

Kicko a été un peu expéditif sur le commentaire de ce film. En ce moment le commentaire de film, c’est pas trop son truc. Normal, la console est passée par là ….

La critique a été très sévère pour ce film, comme pour le film de Maurice Barthélemy  Je ne suis pas d’accord, c’est du bon divertissement, bien cadencé, sans temps mort, les transitions sont assez crédibles, bien que soit laissé de côté la dimension « économique » de ce « road movie » humoristico-bucolique.

Bien sûr, il n’y a pas de repas de famille avec cassoulet et escargots tous les dimanches dans les familles du sud-ouest, pas de match de rugby où l’on vous invite sans préparation  etc… En temps que marseillaise je ne suis pas du tout vexée par l’image qui est donnée de nous. La gréve des éboueurs pendant des semaines entières, c’est vraiment la honte! Je trouve que le plan panoramique démarrant sur le vieux port « carte postale » pour finir dans les ordures qui débordent des conteneurs symbolise la quintessence de Marseille .

IMG_0063

photo perso, gréve de 2011

IMG_0066

mais on sait prendre les choses avec humour

mamie rose pose devant un tas de poubelles

comme on poserait devant un monument touristique! 😉

Je m’explique : en effet Marseille a de très beaux atouts touristiques mais qu’est ce qu’on est bordélique  !!! J’ai l’air de râler, mais au final je préfère , une ville bonne enfant plutôt qu’une ville collé montée…. 😉

Ce que j’entend par portrait peint, titre du présent post, c’est la finesse de réalisation de ces tags, je vous laisse juger. Personnellement je trouve ces tags, magnifiques, il y a une précision de réalisation, qui est étonnante, dans la rue, lieu de la rapidité et de l’efficacité. Je me demande combien de temps il a fallu pour les finaliser. J’aime aussi la mixité des technique, à vu d’oeil, le pochoir, la bombe et..le pinceau?

VISAGE-ENFANT VISAGE-FEMME VISAGE-HOMME VISAGE-JEUNE-GARCON

 

Vous avez remarquez le détail des cheveux du dernier portrait, le détail du pull?

Vous avez remarqué les rides du 3 eme portrait?

L’expressivité des 4 visages?

Et la corniche. Visite en street art.

Ventilo et César sont deux gratuits culturels de Marseille et ses alentours. Pour cet été, je trouve leur couverture particulièrement réussi.

Le Vieux Port, son marché au poisson, son embarcadère pour les îles du frioul, le ferry boîte, les terrasses des bars, café et restaurants etc…Cette image d’Épinal est mise à mal par une frénésie de travaux en cours..dans toute la ville, en fait.

Effet Marseille capitale culturelle 2013 ? En attendant, c’est un été éprouvant  que nous vivons là ! Mais je dis été…cela ne m’étonnerait pas que l’automne et l’hiver soient compromis et pourquoi pas 2013 lui-même! En effet, j’ai vu que la place Carthailac (entrée face musée du parc Borely, en travaux elle aussi!!!) ne serait livrée qu’en Avril 2013

Ce n’est pas un rond point particulièrement remarquable, en temps normal, pour sa beauté ou tout autre qualité. C’est un rond point très grand, très passant. Mais avec les travaux (construction d’un tunnel), ce rond point est devenu une incarnation de « l’enfer ». Je suis à peu près sûre que Jerome Bosch l’aurait choisit pour illustration!

Où que vous portiez votre regard, il y a des travaux : vers rabatau, vers michelet, vers prado 1 et 2.

un autocollant peut vous mener très loin…..

Je poursuivais tranquillement mon désir de « répertorier » toutes formes graphiques affichées « sauvagement » dans la ville, quand je suis tombée sur cet autocollant, intéressant mais néanmoins  très mystérieux… intéressant car mystérieux?

Avant de vous le faire partager, je me suis renseigner, pour ne pas faire la promo à des mouvements qui heurteraient la sensibilité et l’éthique des êtres doués de raison que nous sommes…n’est ce pas?

no border stockholm ?

source indymedia

Mais qui sont ces gens ? Installes dans un champ, ils plantent des tentes, montent des chapiteaux, une cuisine, construisent des douches, des toilettes sèches, des bancs, des tables, même un sauna, parait-il. Ils répandent de la sciure sur les flaques de boues, font leur vaisselle dans trois grands bacs d eau dont la provenance reste un mystère, mangent « vegan », comme ils disent. Il y a bien une tente avec une croix rouge affichant le mot « med », mais les codes vestimentaires en vigueur ne ressemblent nullement a ceux de la Croix Rouge. Tous les matins, ils se rassemblent pour discuter et s expriment avec d étranges signes de mains pour prendre la parole ou marquer leurs accords et désaccords. A l entrée, un panneau affiche : « No cops, no fascism, no sexism, no homophobia, no transphobia, no journalists, no borders, etc. » Cette annonce est ponctuée d un A cercle. Ils vont et viennent toute la journée, parfois la nuit. Ces allers et venues semblent liées a des interventions policières dans le centre ville ou sa banlieue, mais en quoi ? Ils ont invité les habitant-es du quartier a manger dans la semaine pour se présenter et expliquer leur présence, et les désagréments qu elle peut causer en terme de présence policière et son corolaire de contrôles, fortement renforcés ces derniers jours. Une chose est certaine, la police les décrits comme de dangereux terroristes et en arrêtent tous les jours. Parfois même alors qu ils se baladent tranquillement seul sur les routes avoisinantes. Il y a comme une recrudescence de « fermiers » équipés de jumelles et des « photographes amateurs » dans les parages depuis leur arrivée. Sans doute des pervers qui n ont rien de mieux a faire que de reluquer ces jeunes marginaux. Ils parlent allemand, anglais, russe, finlandais, flamand, espagnol, italien, polonais, hollandais, français, danois, ainsi que des langues impossibles a identifier… Et suédois, évidemment. Serait-ce une forme nouvelle d internationale dont personne ne parlerait ? Ils disent réclamer l abolition des frontières, des Etats, et en ont fait un slogan récurent : « No Border, No Nation ». Ils réclament l arrêt des politiques migratoires et des expulsions de sans papiers, comme le dit la suite de leur slogan « Stop deportation ». Ils se battent pour une liberté de circulation totale, pour tous et toutes. Il semble cependant que leurs revendications et implications politiques dépassent largement ces enjeux, en témoignent des ateliers sur le genre, la « blanchité », les classes sociales, les relations entre l’art et la politique. Tous les jours de nouveaux « campeurs » arrivent, ils doivent être 300, peut-être plus, peut-être moins. Il faudrait demander a la police qui doit tenir les comptes.