Articles Tagués ‘nathan’

Image

Quand je commence une collection qui me plaît un max. j’en lis un max.

En plus d’Hector et de d’Antigone, G lu Zeus.

Dans celui-ci, on est passé de l’autre côté de la barrière, je veux dire par là que l’on est passé chez les dieux. En effet, Hector et Ariane, sont  de simples êtres mortels. Et donc subissent les lois divines et autres caprices divins.

Par contre Zeus, Chronos, les Titans, les Hécatonchires, sont les réelles forces à la manoeuvre sur la Terre. Forces qui ont bien des défauts humains…

Dans cette collection des Histoires Noires de la mythologie, c’est un tome fondamental, pour ne pas dire fondateur de toutes les autres histoires que l’on pourra suivre dans cette collection. DONC de préfèrence à lire en premier, s’il vous tombe sous la main, cela va de soit.

On y comprend, comble du tragique, que les hommes sont des « time killer », des passe-temps, en bon français 😉 pour ses enfants gatés de dieux et déesses qui s’emm**** dans leur quotidien ! Un comble, j’vous dis !

Publicités

Image

J’ai mis la main sur une nouvelle collection (nouvelle pour moi ! evidemment….)

Très bien écrite, très didactique, pour faire apprecier la mythologie aux 10-15 ans. Oui, je vais jusqu’à 15 ans car même s’ils sont d’une facture simple les auteurs savent souligner quels sont les enjeux fondamentaux qui traversent ces histoires mythologiques.

Prenons pour exemple, Hector, puisque j’ai mis la couverture en illustration…L’auteur Hector Hugo, oui, c’est un nom d’auteur – un pseudo peut-être ? j’ai pas approfondi – nous fait bien ressentir l’étau dans lequel celui-ci (Hector) se trouve quand il se rend compte que son frere Parîs (oui, Parîs, et on prononce le ssssssssss) se radine (revient) avec Helene, une femme mariée en principe à leur ennemi grec….Il est dans une m****  noire.

En effet, bras armé de son père,  le roi PRIAM, roi de Troie, il comprend que si Parîs et Hélène s’entêtent à rester ensemble, s’entêtent à rester à Troie, c’est la ville entière qui est en péril. Mais la notion de destin est tellement puissante à l’époque hellenistique (« qui a trait à la gréce entre l’epoque d’Alexandre et la conquête romaine », bref retenez moins 500 ans J.C) qu’il n’y a RIEN à faire contre le destin. Il faut le subir, ainsi en on decidé les dieux (genre Zeus, Héra etc…)

Vous voyez le topo. Bientôt un post sur ANTIGONE.

A Chatel, j’ai lu.

Ben, ouais, pourquoi oublier les bonnes habitudes, sous prétexte qu’on est dans un autre décors ?

(j’ai lu) Deux livres australiens. Où l’action principale se situe en Australie. Même pas fait exprès. Je le jure !

Et l’Australie m’a fait énormément pleurer. Allez savoir pourquoi un continent vous fait pleurer !?

Enfin si je sais, les sujets était dur  : le deuil et l’enlèvement .

J’aurais du le sentir en lisant les 4 ième de couv’…;)

Mais vous souhaiteriez, peut-être, connaitre les titres de ces livres à éviter si vous n’avez pas prévu de verser de torrents de sérum physiologique salé de vos petit yeux…

UN ENDROIT OU GRANDIR DE SIMON FRENCH, j’ai aimé.

160129_2784498

LETTRE A MON RAVISSEUR, DE LUCY CHRISTOPHER, j’ai adoré.

product_9782070628445_244x0

BIO LUCY CHRISTOPHER (source BABELIO)

Lucy Christopher est née au Pays de Galles mais a grandi en Australie, vivant à Melbourne à partir de 9 ans jusqu’à son baccalauréat à l’Université de Melbourne.

Après divers emplois, elle est retournée au Royaume-Uni et a obtenu une distinction pour une maitrise de littérature à l’Université de Bath Spa.

PHOTO :

images

 

Pourquoi j’ai adoré ?

Quand on se met à la place d’un lecteur de 15 ans et des brouettes, je trouve ce livre très fouillé psychologiquement parlant. Beaucoup de nuances sont explorées (détestation, compassion, séduction …). Cela me semble très enrichissant  pour les ados de se rendre compte à quel point la gamme des sentiments peut-être riche et contradictoire.

La fin est géniale , car elle n’est ni dans le manichéisme, ni dans le fleur bleu. Une belle fin, qui on espère permettra au personnage masculin du livre, de s’apaiser et d’espérer en l’avenir.

N’allez pas croire que le livre de Simon French, n’est pas intéressant, loin de là ! Mais disons que le sujet est moins interpellant. La relation humaine entre le grand père et le petit garçon est très émouvante!