Archives de mars, 2012

Bon c’est un architecte, Maman ne l’aime pas. C’est lui qui a construit la cathédrale Saint Joseph

Auguste Perret, né à Ixelles (Belgique) le 12 février 1874 et mort à Paris le 25 février 1954, est un architecte français.

Longtemps dénigré (ça peut se comprendre) par les historiens et théoriciens du Mouvement moderne, particulièrement entre les années 19601 et 19902, plus exactement par des proches de Le Corbusier3 refusant ce qu’ils jugeaient comme des compromis favorisés par des gouvernements sans ambition, il a fallu attendre le passage des différentes crises de ce mouvement pour que l’œuvre de Perret reprenne place au sein d’une histoire de l’architecture plus directement orientée vers une logique patrimoniale4. Auguste Perret apparaît dans ce nouveau contexte comme l’un des très rares architectes à avoir su discerner les enjeux et les limites du Mouvement moderne.

Outre ces jugements de valeur inévitablement subjectifs, Auguste Perret a joué un rôle déterminant : premier architecte à saisir l’intérêt constructif du béton armé (au début des années 1900), il est toujours resté attaché à ce matériau à la fois économique et robuste, tout en initiant quelques principes comme le « style sans ornement » 5, la structure poteau-poutre-dalle ou le plan libre. Placée sous le signe de la continuité historique, la cohérence de son œuvre — qui s’étale sur plus d’un demi-siècle — reflète la volonté d’inscrire la construction moderne au sein d’un nouvel ordre architectural défini comme l’École du classicisme structurel6. Cette terminologie — légèrement rebutante — ne doit pas cacher un exceptionnel sens pratique qui peut tout aussi bien être compris comme une quête de durabilité et de démocratisation de la Modernité ; un idéal architectural qu’il a pleinement concrétisé en reconstruisant le centre-ville du Havre.

Source : Wikipedia

« Tu veux ma photo ? »

Salut

Brrrrrrrrr….. Il fait froid et j’ai faim.

Je vais manger des pâtes et des chips aux crevettes et ça ira mieux. Faut que je mange, mais pas trop. Si jamais un soudain repas à quick se présente il faut garder de la place

Image

Note : la photo n’est pas de moi

En effet, aujourd’hui difficile d’avoir envie de bouger! On a pris tellement de documents à la bibliotheque, que même s’il y a un beau soleil, Daniel PENNAC à la Galerne, on a envie de rester au loft. Il y a pourtant la lettre pour Valentin à poster…Et la boîte est à deux pas….Mais Kicko n’est même pas habillé….

FINALEMENT ON IRA VOIR DANIEL PENNAC et ça valait le coup, je meurs d’envie d’acheter….son livre! étonnant non ?

Kicko a lu la série des Kamo et mon j’ai lu son « chagrin d’école » qui nous rend l’auteur si proche!Je n’ai pas pris mon appareil photo, je l’ai regretté immédiatement!!!je vais voir si la galerne a un site, et voir s’il  y a des photos publié!

Je viens de finir un nouveau roman que j’ai lu en deux jours, comme Mr Victor….Je l’ai commencé hier,  je n’arrivais pas à décrocher même si j’avais les yeux qui tombent, je l’ai continué dans le bain ce matin, et voilà, il est fini ! Bien que le propos soit horrifiant (le  personnage principal est un meurtrier ! de sang froid?…), je n’ai pas pleuré, et c’est tant mieux! J’étais plutôt dans la stupeur la plus totale ! De bout en bout ! C’est en effet  un huit clos efficace, ou il n’y a quasiment pas d’action en dehors de « l’élement déclencheur ». Ce livre me fait penser à Sartre mettant en scéne sa philosophie au travers d’un roman , comme l’enfer c’est les autres » . En Effet pour comprendre l’existantialisme, rue ne vaut une « application » de la théorie à travers une fiction.

Ce roman quant à lui serait une mise en situation pour….comprendre le dilemme de l’utilisation de la thérapie génique…jusqu’au clonage.

le commentaire d’arcanelyrique par Odéliane,

GENESIS ALPHA

Genesis Alpha est le premier roman de Rune Michaels passionnée de psychologie. Ce roman raconte les péripéties d’une famille constituée de deux enfants : Josh, 13 ans et de son grand frère Max. Les deux frères sont très complices et s’aiment énormément même si Max étudie et loge dans une autre ville, ils restent toujours en contact grâce à un jeu vidéo en réseau nommé : Genesis Alpha. Plus que de la fraternité, Max et Josh se sentent liés comme de véritables jumeaux sans doute du fait que Max fut atteint d’un cancer dans sa petite enfance et que Josh devint « le bébé médicament » idéal pour le sauver. Donc Max continue d’exister grâce à Josh et Josh existe grâce à Max.

Mais un jour, la connexion entre les deux internautes est rompue car Max est placé en détention provisoire pour le meurtre d’une jeune fille appelée Karen Crosse. L’univers de Josh si paisible et si réconfortant s’effondre ! Comment prouver son innocence ? Comment faire taire ces journalistes qui proclament que Si Max est un tueur Josh le deviendra aussi ? Y a t-il un gêne du tueur ? Peut-on avoir des prédispositions à tuer ? Quelle place peut-on accorder au libre arbitre ?

Alors que Josh est plongé dans une réflexion périlleuse il fait la curieuse connaissance de Rachel Crosse, la sœur de Karen. Que lui veut-elle ? Sait-elle des choses qui pourront faire avancer l’enquête ?

Si au début on pourrait croire que ce roman va traiter essentiellement du thème de l’addiction aux jeux vidéos, la seconde partie oriente le lecteur vers une véritable trame policière centrée sur les recherches en médecine et l’éthique de leurs utilisations. Mais plus qu’un roman policier, Genesis Alpha constitue une réelle réflexion philosophique sur les origines du mal, la génétique et l’identité propre à chacun. Que Max soit coupable ou pas n’est pas la chose la plus importante à retenir de ce livre car ce qui fait sa richesse c’est le cheminement mental de Josh, de sa capacité à tenter de se détacher de son frère pour découvrir son identité à lui et son histoire.

Classé roman ado, ce livre très prenant peut également séduire un grand nombre d’adulte par sa documentation en psychologie très fouillée et sa capacité à faire sortir le lecteur des sentiers battus. Un livre donc très original qui a le mérite de placer les découvertes en médecine au cœur de son action.

Génésis Alpha par Rune Michaels, chez Milan Jeunesse, 2008.

Rune Michaels a étudié la psychologie, et livre ici son premier roman, Genesis Alpha. Elle vit avec son mari et ses deux chats à Reykjavik, en Islande.

2 romans à paraître ? On a hâte !

 

Vous saviez qu’il y a la plage, au Havre ? On a m’y du temps avant d’y aller ! Voici quelques images.

On a vu la plage aussi envahie par la brume, voici un deuxième diaporama.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En venant ici (le havre), La télé semble omniprésente, en effet à la maison, on se sert plus de la télé comme écran pour nos programmes. Ici nous faisons un mix, moitié nos programmes maison, moitié les programmes de la télé. A prés la fureur du zapping des premiers  jours, on s’est stabilisé sur arte, car il y a très peu de pub, et les émissions sont globalement intéressantes. Même les émissions sur la vie des animaux, qui ne sont pourtant pas ma tasse de thé, en général, m’intéresse.

Voici le résumé de notre émission favorite :

L »émission « X:enius » est le magazine de connaissance d’ARTE, diffusé du lundi au vendredi. Pendant 26 minutes, il propose au public un décryptage de notre univers. Dynamique et ludique, « X:enius » est à la fois un road movie, une chasse au trésor et une émission scientifique.

On a vue 5 églises (cathédrale, ou basiliques inclus). Je ne sais pas ce que l’on vous a dit sur l’église de st Joseph, mais c’est d’une laideur consommée !!! Elle fait bien écho au beffroi de  l’hôtel de ville !

L’église Saint-Joseph est un édifice emblématique du centre-ville reconstruit du Havre. C’est le premier monument que l’on voit en arrivant par la mer.

L’ancienne église néo-gothique a été complètement détruite en 1944. Auguste Perret dessina les plans de la nouvelle église, qu’il voulait être aussi un monument à la mémoire des victimes de la guerre. Les plans étaient inspirés du projet de l’église votive Sainte-Jeanne d’Arc, une basilique dessinée par Perret en 1926 et originellement destinée à être construite rue de la Chapelle, dans le 18e arrondissement de Paris. L’abbé Marie convainc le clergé et le ministère de la reconstruction de mettre en œuvre ce projet.

La réalisation de l’édifice fut confiée à Raymond Audigier. À la mort de Perret, en 1954, l’église fut terminée par Georges Brochard qui tenta de traduire ce que désirait réellement son maître pour la forme du clocher. Brochard et Audigier étaient par ailleurs assistés par un autre architecte, Jacques Poirrier. Les travaux débutèrent le 21 octobre 1951 par la pose de la première pierre. La fin du gros œuvre a lieu en octobre 1957 avec l’achèvement de la tour de 107 mètres et la remise au culte le 22 mars 1959, bien que les aménagements intérieurs ne seront terminés qu’en 1961. La consécration du Maître Autel et des aménagements (baldaquin, stalles) conçus par l’architecte Guy Verdoïa a lieu en 1964. La nouvelle église Saint-Joseph fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 11 octobre 19652, soit dix ans seulement après sa construction, fait rarissime qui montre que cette église est une des constructions les moins controversées de son architecte[interprétation personnelle].

En 1997, l’église est parée d’un habillage lumineux.

D’importants travaux de restauration sont menés entre 2003 et 2005 pour un coût d’1,6 million d’euros.

La tribune est à présent dotée de son orgue à tuyaux, inauguré le 25 septembre 2005 avec l’Orchestre des Concerts André Caplet pour la réouverture de l’église.

J’avoue que mes gouts en édifice religieux va vers des bâtis plus classique. Des bâtiments qui nous donne l’impression que « 2000 ans d’histoires nous contemple » !! 😉  par exemple la Cathédrale Notre Dame est plus à mon goût! Suis-je passéiste?

La cathédrale Notre-Dame du Havre ou cathédrale Notre-Dame-de-Grâce[4] (anciennement église Notre-Dame du Havre-de-Grâce, élevée au rang de cathédrale en 1974) est la principale église du diocèse du Havre. Mêlant styles gothique, Renaissance et baroque, il s’agit du plus ancien édifice du centre-ville du Havre (classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO) et d’un des seuls rescapés des destructions de la Seconde Guerre mondiale — après restauration et reconstruction partielles.

La cathédrale fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 10 février 1919.


L’eglise St vincent de Paul, en allant sur la plage, par la porte Océanne.

A st Adresse aussi il y a des églises, en cherchant le jardin suspendu, on est passé devant, on est pas renter dedans, mais voilà la façade, je chercherais son nom exact…on est le 3 avril.

Je viens de me rappeler que la semaine dernière (dernière semaine de mars) on a photographié et visité une autre église, à un jet de pierre de l’espace coty. Un charmant rubiks cube….avec ma foi des vitraux intéressant grâce au jeu de nuance de jaune maure-doré.

C’est st michel

un peu de flou, pour créer la magie, le mystère, qui manque cruellement à ses églises….sans ornement.

voilà la photo….nette.

Thrax-7 New

Publié: 28 mars 2012 dans LEGO
Tags:, , ,

Image

Nouvelle photo de Thrax-7 ! Avec de nouveaux cheveux…. Le fond a été fait sous photoshop 😉