Articles Tagués ‘dystopie’


Info :

  • Broché: 444 pages
  • Editeur : Fernand Nathan (6 octobre 2011)
  • Collection : Blast
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2092532308
  • ISBN-13: 978-2092532300
  • Prix : 16.50€

mini-bio wikipedia :

Divergent est le premier livre de Veronica Roth, qui par ailleurs est très jeune lorsqu’elle l’écrit puisqu’elle n’a que vingt-deux ans. Le succès n’est pas immédiat et ira grandissant grâce au bouche à oreille et aux relais des médias sociaux sur internet.

Divergent s’inscrit dans la lignée des ouvrages dystopiques, tels que Hunger Games, Uglies, la trilogie Midnighters

résumé du début by wikipedia:

Cinq destins – Un seul choix.

L’histoire a lieu dans un monde futur, post-apocalyptique, non daté explicitement, dans la région de Chicago. Cette nouvelle société est organisée en 5 factions : Altruiste, Audacieux, Erudit, Sincère et Fraternel et enfin une 6eme faction qui englobe les « Sans Faction ».

Le périmètre géographique est entouré de murs, gardés par les Audacieux, pour protéger les habitants d’une menace extérieure éventuelle. Les Audacieux ont également en charge le maintien de l’ordre dans la société. La faction des Altruistes est tournée vers le dévouement total, dont les principales caractéristiques sont le port de l’uniforme gris, l’absence d’ambition personnelle, l’absence de curiosité … Le renoncement aux intérêts personnels au profit de l’intérêt collectif a conduit à la monination systématique de membres Altruites pour constituer le gouvernement. Chaque faction vit dans un quartier de la ville qui lui est dédiée et les contacts sont rares entre les factions. Seuls les enfants jusqu’à leur 16 ans, se croisent puisqu’ils fréquentent la même école.

Beatrice Prior, âgée de 16 ans, a grandi dans une famille de la faction Altruiste. Elle n’a jamais eu le droit de se regarder dans un miroir (sauf vaguement lorsque sa mère lui coupe les cheveux, une fois par trimestre), porte son uniforme gris habituel et ne connait pas les contacts physiques … Elle a désormais l’age d’assister à la Cérémonie du Choix, qui consiste à choisir sa faction. Son frère, Caleb, a tout juste 9 mois de moins, et c’est ensemble qu’ils assiteront à la Cérénomie et feront leurs choix. Les enfants choisissent en général la faction dans laquelle ils ont grandi et très peu changent de faction. Ces changements, appelés transferts, s’accompagnent d’un changement de quartier et d’une coupure avec sa famille d’origine : la faction est plus forte que la famille.

Béatrice ne s’est jamais sentie réellement à sa place dans la faction des Altruistes. Elle en apprécie la douceur de vivre et les valeurs, mais elle a toujours ressentie en elle, un besoin égoïste, incompatible avec une vie entière tournée vers les autres. Lors de la séance de préparation à la Cérénomie du Choix, Béatrice est détectée Divergent par sa préparatrice, qui lui présente cette réalité comme un danger et lui conseille fortement de la cacher à tout le monde.

Béatrice choisira la faction des Audacieux et Caleb la faction des Erudits.

mon avis

Oui encore un livre dystopique et tant mieux! J’ai lu par ci par là certain critique saturé par ce genre….Je comprend, il y a cette manie des éditeurs ou auteurs à suivre un filon jusqu’à l’épuiser comme pour les mines d’or….Bon voyons ou ça nous mène, on est toujours libre de lire ou pas, et il y a  tellement d’auteurs, qu’il y aura toujours le choix…pas de panique!

Personnellement j’ai beaucoup aimé cet opus, j’ai hâte de lire la suite, insurgent.

Il y a de l’action, de l’émotion, des doutes, des choix définitifs, une situation post-apocalyptique. L’action se passe à Chicago.

Publicités

« mon nom est Anna

je ne devrais pas être là

je ne devrais même pas exister

et pourtant j’existe »

Voici l’accroche du livre,

quand le l’ai lu pour la première fois, je trouvais cela pas mal, mais la couverture m’a arrêté, j’avais peur d’un livre….plaintif.

Puis je découvre quelques jours plus tard, qu’il est classé dans les livres dystopiques…Mon régal en ce moment. Donc je suis allée le chercher et j’ai pris le tome deux puisqu’il existe et qu’il est là, on sait jamais, si c’était bien….

Une semaine plus tard je peux vous assurer, qu’il est très bien, mieux, prenant, quand on le commence on ne le lâche plus !

Maintenant que j’ai lu plusieurs livres dystopiques, je commence a voir les les choix fait par auteurs. Je veux dire pas là, que ces romans prennent des éléments de notre présent, pousse à l’extrême quelques peurs, attitudes, choix politique et voient/imaginent ce qu’il ce passerait SI…. Cela donne des  régressions, des mutations, des obligations absurdes ou contre-nature etc…

Dans hunger games, car hunger est un livre dystopique, oui, oui, je vous le confirme…Il y a eu atomisation nucléaire, si je me souviens bien….Que se passerait-il en cas d’atomisation nucléaire du monde ? Hé bien une dictature high tech qui soumet un poignée d’humain pour l’énergie, la nourriture etc….Retour aux procédé de production du XIX avant la révolution industrielle (mine de charbon , agriculture avant l’aide des machines….)

Dans chronique de la fin du monde, catastrophe cosmique, la lune est déviée, elle est plus proche de la terre, dérèglement de la gravité, enclenchement de volcans en série, tsunami, montée des eaux… que vont devenir les survivants face à nouvelle aire glacière (exemple d’ère glaciaire connu, époque de la disparition des dinosaures…dur, dur!)???? Description en detail de la survie et des choix qui questionne la notion d’humanité.

Dans Uglies( et pretties) de scott westerfeld, le monde est soumis au diktat de la beauté, d’une beauté considérée comme parfaite, on oblige les jeunes dès 16 ans à passer sous le bistouri des chirurgiens esthétiques, quid de la diversité et du libre arbitre, quid de l’intériorité et de la spiritualité? Tout est basé sur l’apparence, que peut être une telle société? UNE DICTATURE

Mais revenons à gemma malley

Biographie Gemma Malley sur evene

Après des études de philosophie, Gemma Malley devient journaliste. Elle décide de se consacrer à l’écriture et publie son premier roman, ‘La Déclaration‘, en 2007. Ce premier ouvrage plonge le lecteur en Angleterre, en 2140, à la rencontre d’une jeune adolescente qui a tout oublié de son passé. Gemma Malley nous offre une vision crue des dérives de nos sociétés. Destiné aux jeunes adultes, ce premier roman est d’ores et déjà annoncé comme un succès.

résumé du livre sur evene

En 2140, un traitement a été découvert pour lutter contre la vieillesse et la maladie. Les gens ne meurent plus et par conséquent, il est interdit d’avoir des enfants à moins de renoncer soi même à l’immortalité. L’orphelinat de Grange Hall abrite ceux qui sont nés illégalement : les Surplus. Traités comme des esclaves, torturés, mal nourris, les Surplus subissent les pires traitements inimaginables, contraints de réparer le crime qu’ont commis leurs parents en les mettant au monde. Parmi eux Anna, l’héroïne du roman, qui, endoctrinée par l’éducation stricte et humiliante que Mrs Pincent, la directrice, fait régner sur l’établissement, accepte son sort avec soumission. L’arrivée de Peter, un nouveau Surplus, va bouleverser le cours des événements

prochain livre (dejà sorti)

  • Broché: 315 pages
  • Editeur : Michel Lafon (12 avril 2012)
  • Langue : Français
  • Prix : 15,15 € (sur Amazon)

2065. Après une guerre qui a plongé le monde dans le chaos, le Guide Suprême a pris le commandement de la dernière Cité. Ce refuge, ceinturé d’une muraille fortifiée, est organisé en différentes castes : de A à D, des citoyens Admirables aux citoyens Déviants. Pour préserver l’harmonie, tous ont subi une lobotomie. C’est la garantie qu’ils n’agiront jamais contre le Système et respecteront les Sentiments, le livre qui régit leur moralité. Et surtout qu’ils ne s’aventureront pas hors de l’enceinte, chez les Damnés, ces odieuses créatures qui hantent la nuit de leurs cris inhumains…
Evie, 16 ans, une B, travaille pour le gouvernement et étiquette d’une lettre, jour après jour, l’ensemble des habitants. Promise à Lucas, être froid et distant, parfait A et futur haut dirigeant, elle est en fait amoureuse de son frère Raffy, infréquentable D. Et quand le Système lui ordonne de bannir Raffy sur les terres des Damnés, elle refuse de s’exécuter. Elle trouve un soutien inattendu en la personne de Lucas. Auront-ils la force de s’opposer, ensemble, à la Cité ?

Titre : Chroniques de la fin du monde, tome 2 : L’Exil
Auteur : Susan Beth Pfeffer
Éditions : Pocket jeunesse
Pages : 333
Date de parution : 01/09/2011
Prix : 17,50€
Que je vous raconte ma vie et  mon avis  :
Cet été, grâce aux conseils de la bibliothèque de Bonneveine (à Marseille), j’ai découvert le premier tome de cette saga.
J’avais hâte de lire de deuxième tome, mais impossible de mettre la main dessus dans les biblio, et à l’achat, je ne pouvais me permettre de mettre 17€ et des poussières, pour un tome 2 (c’est à dire une série incomplète), pour un livre qui va très vite gêner (on a vraiment pas de place à la maison) et finalement le brader à 2 € dans un vide grenier (un crève cœur).
Et oh!miracle, c’est le cas de le dire ( la religion est hyper présente dans ce tome 2), ne voilà-ty pas que je le vois gentiment sur une étagère de la biblio…..SALACROU. Une hola pour le Havre, ils sont vraiment à la pointe!!!
(je les remercie aussi d’avoir cette édition illustrée par gris grimly  d’edgar allan poe)
Je l’ai dévoré en 3 jours !  On connaît déjà le concept (fin du monde, on suit de prés la vie d’un ados, un lieu donné, comment survivre). Ce qui me plaît c’est que l’on remarque à quel point la « contingence » de se nourrir devient vite prégnante. Tout le monde très vite ne pense qu’à ça et on « apprécie » qui fait quoi, qui est prêt à fait quoi, pour manger.
Ce livre semble moins haletant que le premier, car vivant à New York et dans une communauté catholique soudée, les rapports humains sont « soulageant », je veux dire les sœurs et le les prêtres sont là pour soutenir tout le monde,  et moins brutal que l’on pourrait le redouter. Ce tome semble donc souligner que la fin du monde c’est pas la même pour tout le monde, car le lieu, le réseau social, la catégorie sociale, sont très important. On sens les 2 New York co-exister.
L’auteur n’existe pas à sacrifier un, plusieurs être proche du héros pour renforcer la dimension de « survivants ». N’est pas survivants qui veux, toutes les fragilités physiques, mentales deviennent des handicaps pour réussir le concours ultime, survivre en cas de fin du monde….
Avis d’internaute, trouver au hasard…
Les lectures de Mathilde
Résumé :
Lorsqu’un astéroïde percute violemment la Lune, semant le chaos dans le monde entier, Alex Morales se retrouve seul avec ses deux sœurs.
Il n’a pas dix-huit ans et doit se débrouiller dans New York, envahie par les flots. Pour chercher ses parents disparus, trouver de quoi manger, de quoi se chauffer, et simplement pour survivre, Alex sera amené à faire des choix qui changeront son destin à jamais. 
Mon avis :
Aujourd’hui, je reviens avec le tome 2 de Chroniques de la fin du monde ^^
Souvenez-vous j’avais littéralement adoré le premier tome (c’est par ici) ! J’avais hâte de lire ce second opus, et j’ai eu la chance de pouvoir le lire grâce à Ardanuel du blog Des livres et moi…du malqui avait organisé un concours. Et j’avais remporté un exemplaire de ce tome 2.Alors qu’est-ce que j’en pense…
Et bien je suis vraiment contente car j’ai beaucoup aimé mais pas de coup de cœur cette fois-ci. Je l’ai trouvé légèrement un peu en dessous du premier. Peut-être parce que l’histoire n’était pas une nouveauté bien que dans celui-ci tout est différent.
Ce qui est bien c’est qu’on n’est pas forcément obligé de lire le premier tome avant parce que celui-ci n’est pas une vraie suite à proprement parler.
Ce second tome nous relate les même faits mais du côté d’Alex et sa famille qui sont dans la ville de New-York alors que dans le premier on suivait Miranda qui elle était dans une petite ville de Pennsylvanie. Ça ne m’a pas dérangé de « revivre » les mêmes évènements vu qu’on changeait de personnages.
Ce deuxième tome est écrit à la troisième personne alors que le premier était à la première personne, c’est dommage que ce ne fût pas le cas ici parce que j’avais adoré lire le livre comme si c’était un journal intime. Je crois que c’est pour ça que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans cette nouvelle histoire mais une fois qu’on avance ça devient prenant, on ne s’ennuie pas et on est emporté dans le récit, on le vit presque avec les personnages, on se demande comment ils vont s’en sortir et si ils vont réussir.
Par contre j’ai trouvé l’histoire moins oppressante que dans la première histoire, on sent bien que c’est la fin du monde mais je ne sais pas je n’ai pas eu la boule au ventre comme dans le premier même si il se passe des choses atroces, qu’il y a beaucoup de souffrances, qu’Alex fait des choses pas terribles et que la presque fin est horrible… Je ne sais pas trop comment l’expliquer en fait.
Concernant les personnages, j’ai beaucoup aimé Alex, je l’ai trouvé très courageux mais parfois un peu dur envers ses sœurs. Il y a aussi Julie la plus jeune, au début je ne l’aimait pas du tout, trop capricieuse mais au fil des pages, elle évolue, et gagne en maturité. Elle devient forte et remonte dans mon estime. Quand à Briana, c’est celle que j’ai le moins aimé peut-être parce qu’elle est un peu trop axée sur la religion (qui est bien présente dans le livre) et croit en des choses qui n’arriveront pas alors que son frère et sa sœur savent parfaitement ce qu’il en est. Il y a aussi Kevin, l’ami de Alex qui l’aide au fil du récit, je l’ai trouvé très gentil parce qu’il n’était pas obligé de faire toutes les choses qu’il a fait.
Du côté de l’écriture, c’est très fluide, ça se lit vite, c’est réaliste. Il y a de l’émotion et l’auteur a su parfaitement la faire passer, c’est décrit avec justesse. C’est touchant, bouleversant, dur et triste parfois
L’intrigue est très bonne et il y a du suspense et des choses auxquelles on ne s’attend pas
Je le redis j’adore les livres sur la fin du monde (bien que ce ne soit pas très gai)! Et je dois dire que je ne m’attendais pas à cette fin.
J’ai hâte de retrouver Alex dans le dernier tome et je crois qu’on y trouvera également Miranda du premier tome.
Je me demande comment ils vont se retrouver ensemble…
Vivement que je puisse lire cette suite ! En tout cas, je vous conseille cette saga ^^
Vous aimerez peut-être:
L’auteur en quelques mots… Susan Beth Pfeffer est née à New York en 1948:
A six ans, elle décide qu’elle sera écrivain. Depuis, elle a écrit plus de 60 romans dont The Year Without Michael primé à de très nombreuses reprises et qui a reçu le prix du meilleur livre pour adolescents, décerné chaque année par l’association des bibliothécaires américains.